ACCUEIL




La locomotive à vapeur est plus qu’une machine . On lui remplit le ventre de charbon , et elle se met à siffler , à haleter , à démarrer doucement , et de plus en plus vite . Lancée à vive allure , toute la vie s’arrête pour la regarder passer . Bref elle fascine car c’est plus qu’une machine , c’est un être humain . C’est un personnage à part entière au cinéma : en particulier , dans « Le Mécano de la Générale » , avec Buster Keaton , ou bien dans « La Bête Humaine » avec Jean Gabin . Et c’est elle qui a été l’inspiratrice du rythme si caractéristique du boogie woogie . En musique , justement , c’est Honegger qui l’a rendue célèbre en 1923 . Mais dès 1844 , Charles -Valentin Alkan , compositeur français peu connu , et pianiste virtuose (1813-1888 ) en fait une description musicale de cinq minutes sur son piano , pièce intitulée : « le chemin de fer » op 27. Il est à noter ici que la machine à vapeur de James Watt date de 1769 et que la voiture de Cugnot (appelée le fardier ) date de 1771 . La première locomotive est née en 1804 dans le pays de Galles , et elle tire cinq wagons remplis de fer . La première ligne de chemin de fer pour le transport des voyageurs apparaît en Angleterre en 1825. Le premier tramway électrique apparaît à Berlin en 1880 . Et la première locomotive électrique est construite en Suisse en 1891 . Les premières « Pacific » sont en gare de Chicago en 1893 ; elles sont construites en Europe en 1907 . La célèbre « Pacific 231 » roule entre Calais et Amiens jusqu’en 1960 . Le train se nomme : « la Flèche d’or ». Elle a été construite à Nantes à partir de 1922 , et a été modifiée en 1932 par l’ingénieur Chapelon pour augmenter sa puissance . Le jeune Honegger , né en 1892 , va toutes les semaines de la ville du Havre où il habitait , jusqu’à Paris entre 1911 et 1913 , pour prendre un cours de violon . Il faut écouter sa machine sonore non pas en tant que simple musique imitative , mais plutôt en tant qu’œuvre située dans un mouvement artistique à une époque précise où l’influence de la peinture se fait sentir en musique . Ainsi , l’on recherchait à cette époque , à décrire en peinture , le mouvement et la vitesse . Honegger , lui , essaie de donner , je cite : « le sentiment d’une accélération mathématique , qui rythme , tandis que le mouvement lui-même se ralentit » . Notons encore que Scott Joplin , ( 1868-1916 ) lui , écrit « The Crush Collision March » , où il imite au piano , la collision du train . Coté chansons , les « Andrews Sisters » chantent : « Shoo Shoo Baby » , et Claude Nougaro nous parle d’une certaine « locomotive d’or » . Voici réunies dans ce disque , quelques pièces de musiques caractéristiques , tirées de chansons américaines et de poèmes dont le sujet est bien sûr :

                                                                              Le Train

vous êtes le 3016e visiteur

ce site a été réalisé par Jean Meyer

Copyright © - Tous droits réservés.